Jouer ensemble

Le jeu est central au développement de l’individu. Qu’on parle de chaton, de chiot, du poulain, il permet de préparer l’animal à sa vie future en apprenant mieux sur son environnement et les individus qui l’entourent. Il prépare l’animal à répondre à l’imprévu.

Il existe plusieurs types de jeux. Certains sont des activités locomotrices solitaires (pensez au poulain qui gambade autour de sa mère), de l’investigation d’objets (un chaton avec une boulette de papier, le chiot avec une paire de chaussures) et le jeu social avec des partenaires.

Chaque catégorie a pour but de peaufiner des comportements qui sont nécessaires à la survie de l’animal.  Le jeu social a cette particularité qu’il permet de comprendre les règles du groupe. Il fut un temps ou on a pensé qu’il ne fallait jamais “s’abaisser” en statut en laissant gagner le chiot dans un jeu de tire-tire… en y regardant bien, les chiens adultes le font souvent.

Jouer ensemble

Comme l’enfant qui joue a la maîtresse d’école et inflige des “devoirs” au parent participant, le jeu est aussi une remise en cause des règles pour mieux les intégrer, et plusieurs espèces ont démontré des jeux ou les adultes, ou individus de rang supérieur s’auto-handicapent pour laisser gagner les autres.

Alors, laisser gagner le chiot ? Pourquoi pas? Le jeu est un moyen d’apprendre le contrôle de soi, de tempérer le mordant, et rien n’empêche d’intégrer des « assis ! » ou des « couché ! » , vite récompensés par le retour au jeu. On apprend alors que les ordres n’annoncent pas la fin de la partie…

Marine Cassoret, PhD

Autres billets