La stérilisation de nos animaux de compagnie

 

Annie-Ross-234x21211

Par Dre Annie Ross1 ; médecin vétérinaire

Depuis trois ans, la journée nationale de la stérilisation animale au Québec a lieu le 24 février.  C’est une initiative de l’Association des médecins vétérinaires en pratique des petits animaux.  C’est un moment où, collectivement, un effort est fait pour encourager la stérilisation des animaux de compagnie.  Les vétérinaires font leur part.  Les organismes municipaux et provinciaux ainsi que la population générale sont invités à faire leur part aussi.

La stérilisation des chiens et des chats, c’est l’affaire de tous !  Parce que, en bout de ligne, les animaux fertiles vont se reproduire et vont contribuer à augmenter le nombre d’animaux non désirés qui finiront à leur tour dans les refuges déjà surchargés.  N’oublions surtout pas que plusieurs des animaux qui arrivent dans les refuges seront malheureusement euthanasiés, faute  de place ou de budget.

La surpopulation animale au Québec est un problème de société.  Chaque propriétaire devrait faire sa part, c’est-à-dire, faire stériliser son animal en bas âge, vers l’âge de 6 mois, avant qu’il ne soit en état de se reproduire.

Qu’est-ce que la stérilisation au juste?

Chez les femelles, la stérilisation (ovario-hystérectomie) consiste à retirer, sous anesthésie générale, les deux ovaires ainsi que l’utérus et ce, à partir du col de l’utérus.  Il s’agit donc d’une chirurgie intra-abdominale. Chez les mâles, la castration consiste à retirer les deux testicules tout en laissant le scrotum en place.  Il s’agit d’une chirurgie extra-abdominale qui ne requiert généralement qu’une petite incision cutanée. Chez les jeunes animaux, le scrotum va diminuer de volume et se résorber avec le temps. Ce n’est pas toujours le cas avec les mâles plus âgés qui ont déjà de gros testicules…Une bonne raison pour faire cette opération tôt dans la vie de votre animal.

Est-ce que cela va nuire au moral de mon animal ?

Certains de mes clients sont inquiets.  Ils ont peur de voir le comportement de leur animal changer suite à sa stérilisation.  Honnêtement, ce sont souvent les hommes qui vivent cette crainte face à la perte des « bijoux de famille » de leur animal…  Rassurez-vous tout de suite !  Les chiens et les chats conservent leur même tempérament intrinsèque.  Si votre Pitou était un joyeux luron, il le sera encore.  Si votre Minou était affectueux, il le sera encore.  Le niveau d’énergie de votre animal sera aussi « conservé ».

Quels sont les avantages que le propriétaire en retire ?

Ce n’est pas juste pour une question de principe que l’on doit faire stériliser son animal !  Il y a de nombreux avantages pour le portefeuille du propriétaire et pour la santé de l’animal à long terme. Suivez ma prochaine chronique à ce sujet !

Combien ça coûte ?

Le tableau suivant montrent les coûts suggérés par l’Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux en 2015 pour stériliser un chaton de 5 à 6 mois et un chiot du même âge mais de petite race, donc, qui pèsera 7 kilos une fois adulte.  Bien sûr, les prix varient en fonction du poids de l’animal (plus il est gros, plus ça vous coûtera cher !) mais aussi de clinique en clinique.

 

Chaton de 5 à 6 mois Mâle $181,46
Femelle $240,49
Chiot de 6 mois de petite race (7 kg) Mâle $273,20
Femelle $305,51

 

Si vous décidiez de « magasiner » un prix, rappelez-vous que le prix que l’on vous donne au téléphone ne se compare pas facilement d’une clinique à l’autre…  En effet, certaines «procédures » et certains « soins », comme les prises de sang préopératoire, la pose d’un cathéter intraveineux et l’administration de solutés pendant  l’intervention ou même les analgésiques post-opératoires, peuvent ne pas être inclus dans le prix de base et ce, même si la logique nous dicte le contraire.  À vous de vous renseigner de façon précise.  Au-delà de tout cela, le plus important dans le choix d’un vétérinaire est avant tout la confiance qu’il vous inspire et le lien qui s’établit entre vous et l’équipe vétérinaire.

1 Bien que Dre Annie Ross appuie la cause du bien-être animal et y participe en écrivant des textes pour le site Humanimaltié, elle n’est pas responsable du contenu de ce site mais uniquement de ces chroniques.

 

Autres billets