C’est le temps de commencer les médicaments préventifs contre les parasites

Par Dre Annie Ross1, médecin vétérinaire

Depuis que le beau temps est arrivé, l’achalandage a augmenté dans les cliniques vétérinaires car c’est le moment tout indiqué pour débuter les traitements préventifs contre certaines « bibittes » qui pourraient affecter nos animaux de compagnie pendant la belle saison.

Puces, tiques, vers du cœur, vers intestinaux….Ce ne sont pas les parasites qui manquent et chacun d’eux peut incommoder votre animal ou encore nuire sérieusement à sa santé. De façon générale, au Québec, la période de prévention contre ces différents parasites est de six mois et s’étend de la mi-mai à la mi-octobre ou encore du 1ier juin ou 1ier novembre. Ailleurs, où il n’y a pas d’hiver, de froid et de neige, comme en Floride par exemple, la prévention se fera à l’année longue.

Quel produit choisir ?
Il existe toute une gamme de produits contre les parasites disponibles sur le marché vétérinaire. Ils ont des modes d’administration différents : pilule, cube à croquer, comprimé aromatisé, liquide à verser sur la peau, injection, etc.

Chaque produit a un spectre d’action spécifique et différent, c’est-à-dire qu’il sera efficace contre certains parasites précis. Par exemple, certaines molécules ne visent que les vers du cœur ou les vers ronds, alors que d’autres ne visent que les puces. Certains produits ont un spectre plus large, incluant par exemple, la prévention contre les puces, les vers du cœur et les vers ronds. Évidemment, plus le produit a un large spectre, plus il sera dispendieux. C’est comme dans tout : Plus on ajoute d’options, plus ça coute cher !

Il faut savoir qu’à ce jour, il n’y a aucun produit parfait et qui, donné seul, pourrait lutter contre tous les types de parasites. Il faut donc combiner différents produits pour obtenir une action plus étendue ou encore faire un choix selon le ou les parasites que l’on veut absolument inclure dans la prévention pour notre animal. C’est ici où votre vétérinaire sera d’une aide précieuse pour évaluer les risques associés à votre animal mais voici quand même quelques pistes de réflexion …

Que souhaite-t-on prévenir à tout prix ?
Mieux vaut prévenir que guérir ! Tout le monde connait cette phrase et elle prend tout son sens dans la prévention de la dirofilariose, alias les vers du cœur, chez tous les chiens et parfois chez les chats. Cette maladie est transmise d’un animal à l’autre via les piqûres de maringouins. Le but visé par le préventif traitement mensuel (pendant la saison des moustiques) est d’éliminer les minuscules larves dès qu’elles sont transmises par les moustiques, les empêchant ainsi de devenir des vers adultes qui logeraient dans le cœur de notre animal. Ainsi donc, à mon avis, tout chien ou chat qui va dehors et habite dans une zone endémique mérite son traitement préventif !

Prévenir les parasites qui sont transmissibles aux humains
D’autres parasites que l’on souhaite contrôler le plus régulièrement possible sont ceux qui peuvent être transmis à l’humain et qui ont parfois le potentiel de causer des problèmes de santé, surtout chez les enfants et les personnes immunodéprimées. Dans cet ordre d’idée, il importe de vermifuger régulièrement et annuellement vos chats et vos chiens contre les vers ronds intestinaux dont les œufs microscopiques sont malheureusement répandus dans l’environnement.

Tuer les puces ou les stériliser ?
Être aux prises avec une invasion de puces dans la maison, ce n’est pas agréable, ni pour nos animaux qui vont être incommodés sans arrêt par leurs morsures, ni pour nous qui pouvons parfois aussi nous faire piquer …En plus d’être embêtant et dérangeant, il faut savoir que les puces peuvent transmettre certaines maladies et provoquer des allergies. En effet, certains animaux peuvent être allergiques aux piqures de puces et développer de graves problèmes de peau. Grosso modo, il y a deux modes de prévention différents sur le marché : soit on tue les puces à l’aide d’insecticides ou soit on les laisse vivre mais on les empêche de se reproduire en utilisant une molécule non insecticide spécifique, le lufénuron.

Prévenir les vers plats chez quel animal?
Si votre animal a déjà eu des puces ou si votre chat est un chasseur ou si votre chien est un mangeur d’escargots ou de rongeurs, alors il mérite un vermifuge contre les vers plats. Il faut savoir que la plupart des médicaments qui sont vendus dans les traitements des vers ronds, des vers du cœur et des puces ne sont pas efficaces contre les vers plats. Il faut alors combiner avec un autre antiparasitaire.

Pourquoi choisir des produits vétérinaires en priorité ?
Pour la sécurité de votre animal et pour l’efficacité des produits utilisés. Bien sûr, ils sont souvent plus dispendieux que les produits vendus dans les magazines à grande surface ou les animaleries mais n’oubliez pas que plusieurs des produits contiennent des insecticides. Ce sont des produits qui peuvent être dangereux s’ils sont mal utilisés. Chaque année, il arrive des situations déplorables, surtout chez les chats qui sont extrêmement sensibles à divers insecticides. Mieux vaut se fier à votre médecin vétérinaire qui a à cœur la santé de votre animal qu’à un simple vendeur de produits qui n’est pas un spécialiste de la santé animale.

1 Bien que Dre Annie Ross appuie la cause du bien-être animal et y participe en écrivant des textes pour le site Humanimaltié, elle n’est pas responsable du contenu de ce site mais uniquement de ces chroniques.

Autres billets