Comment choisir un chien dans un refuge

par Danielle Gauthier de Varennes

Cet article a été préalablement publié dans la Revue Pattes Libres, vol. 1, no. 4 – Automne 2013

Après avoir pris le temps de bien y penser, car l’adoption d’un animal est un geste qui doit être mûrement réfléchi, vous avez décidé de partager votre vie avec un chien et de faire une bonne action. C’est pourquoi vous avez pensé à adopter un chien de refuge et sauver ainsi la vie d’un petit être en péril. Merveilleuse idée !

Évidemment, vous souhaitez choisir le compagnon idéal avec qui vous cohabiterez durant de nombreuses années.

Votre première interrogation doit porter sur la race du chien ou de ses croisements. Toutes les races ne conviennent pas à tous. Prenez le temps de lire et de bien vous documenter et de penser à tous les éléments suivants avant de procéder à l’adoption :

  • la grosseur du chien à l’âge adulte
  • le temps imposé pour le toilettage
  • le niveau d’énergie • le besoin en exercice quotidien
  • la réactivité
  • la facilité d’apprentissage
  • le type de relation que certaines races ou leurs croisements ont envers les humains adultes, les enfants, les autres chiens et les autres espèces.

Il est important de comprendre que le chien abandonné se trouve dans une situation de grand stress et ce, pour une période plus ou moins longue. Certaines personnes seront peut-être impressionnées par les comportements qu’adoptent les chiens derrière le grillage de leur cage. Ils pourront être amicaux, sauter, aboyer, grogner ou être apathiques, repliés sur eux-mêmes. Tout cela peut dépendre de leur personnalité, de leur vécu et de leur adaptabilité au stress. Ayez en tête que les chiens d’adoption vivent selon de nouvelles conditions :

  • Perte des repères (ancien chien guide, ancienne maison, anciennes habitudes de vie, etc.)
  • Incompréhension totale (qu’est-ce que je fais ici ?)
  • Stress face aux nouvelles personnes, nouveaux bruits (jappements, hurlements), nouvel hébergement, nouvelle nourriture
  • Peurs
  • Conditions d’enfermement
  • Peu de stimulations, peu d’exercices, peu de contacts avec les humains et les autres chiens
  • Il se peut qu’ils aient aussi vécu l’errance et la capture, deux conditions très stressantes.

Il est facile de comprendre avec tous ces bouleversements récents, que le comportement d’un animal peut être modifié. De plus, le passé de l’animal est souvent une donnée inconnue : a-t-il été abusé, négligé, battu par un humain, attaqué par un autre chien ?

Certains refuges évaluent et testent les chiens à adopter, d’autres non. Si le chien que vous convoitez l’a été, prenez connaissance de cette évaluation. Certains refuges travaillent en collaboration avec des familles d’accueil ce qui apporte un atout certain car ces personnes auront vécu avec le chien dans un contexte plus normatif et seront probablement une excellente source d’informations quant à ses attitudes et comportements. Si vous le désirez, vous pouvez demander à un éducateur canin qualifié, travaillant au renforcement positif, de vous accompagner afin de procéder à une évaluation du petit animal que vous souhaitez adopter.

La première donnée à collecter est donc la date d’entrée de l’animal au refuge. Voici les autres éléments qu’il vous faudra colliger (il est à noter que ces diverses informations peuvent ne pas être disponibles , tout dépendant des conditions d’abandon du chien) :

  • race ou croisement
  • âge
  • sexe
  • stérilisation
  • santé et médication
  • cours d’obéissance
  • comportement général envers les humains, les chiens et les autres espèces (chats, oiseaux, etc.), en cage, en liberté et en laisse
  • raison de l’abandon : soyez conscient que certaines personnes mentent sur les raisons de l’abandon du chien car ils ont peur qu’il ne soit pas adopté
  • problèmes de comportement rapportés (élimination inopportune, jappements excessifs, peur, sauts, fugue, destruction, prédation, difficulté à contrôler, manque d’éducation, difficulté à manipuler, etc.).

Lors de votre première visite, il est impératif de poser toutes les questions qui vous viennent en tête aux gardiens du chien qui vous intéresse. Informez-vous s’il a réussi à créer un lien avec une ou des personnes qui prennent soin de lui. Demandez également qu’on vous décrive son comportement alors qu’il est en présence d’autres chiens.

Comme l’adoption d’un animal est une responsabilité qui peut s’échelonner sur de nombreuses années, il est important de bien choisir votre compagnon. Si cela est possible, je vous recommande deux ou trois visites d’au moins une heure chacune (ou plus si possible) afin de bien faire le tour de la question et aussi pour que le chien ait un peu le temps de s’adapter à votre présence. Son vrai tempérament aura plus de chance de se révéler. Évidemment, si vous choisissez cette option, n’oubliez pas de prendre en considération les deux faits suivants :

  • Il est important de bien vérifier si le chien ne risque pas d’être euthanasié entre temps.
  • Il se peut également que le chien soit adopté par quelqu’un d’autre.

Ce que vous verrez lors des contacts avec un chien sera soit son tempérament (combiné à ses expériences de vie) et/ou l’expression de son stress. C’est pour cela que plus vous passerez de temps avec lui, plus vous en saurez sur lui.

Lors de votre première visite, il sera de première importance d’observer le langage corporel du chien dès que vous vous approchez de sa cage, son enclos ou de la personne qui le tient en laisse. Parlez-lui doucement et calmement. Ne lui faites rien de désagréable. Une fois sorti de sa cage, amenez-le dans un endroit calme hors de la vue des autres chiens.

Ce tableau vous aidera à déterminer le niveau de stress du chien à votre approche.

COMPORTEMENTS OBSERVABLES
1ère visite

*Note 1 : il est recommandé de ne pas utiliser un étrangleur lors de l’évaluation, car cet outil pourrait augmenter le stress du chien. Utiliser un collier plat ou un harnais bien fixé pour éviter les fugues.
*Note 2 : les informations contenues dans ce tableau sont à titre indicatif et un chien pourrait plus ou moins présenter ces diverses attitudes.

CONTEXTESAUCUN STRESSSTRESS LÉGERSTRESS MOYENGRAND STRESS
En cage
ou en enclos
Bat de la queue,
S’approche doucement,
Gueule ouverte,
Est assis ou debout et garde la tête haute,
Peut faire de légers signaux d’apaisement rapides et souvent à peine perceptibles,
Yeux mi-clos,
Accepte de la nourriture
Met ses pattes sur la porte,
Excitation,
Va et vient,
Un peu de signaux d’apaisement,
Accepte la nourriture
Jappe,
Gueule fermée,
Tête baissée,
Peut battre de la queue,
Tête tournée,
Signaux d’apaisement très présents,
Peut accepter ou ne pas accepter de la nourriture
Jappe,
Grogne,
Reste au fond de la cage,
Recule,
Peut ne pas faire de signaux d’apaisement,
Tête très basse,
Charge la porte,
Œil de baleine (partie blanche de l’œil visible),
Salive,
Tremble,
Fixe,
Position de rigidité,
Poil hérissé,
Refuse de la nourriture
Contact visuelRegarde directement avec une attitude amicaleRegarde mais tourne la tête occasionnel-lementRegarde peu ou fixe occasionnelle-mentFixe sans arrêt ou au contraire, a la tête complètement tournée sans jamais regarder
Ouverture porteSort rapidementSort avec appréhension
Sort très lentement avec raideur
Refuse de sortir
Ne pas forcer ce chien à sortir : danger d’agression
En laisseSe laisse attacher calmementBouge beaucoup,
Est difficile à attacher
Se laisse attacher et est un peu rigide
En marcheMarche calmement,
Est attentif,
Bat de la queue,
Ne tire pas sur la laisse,
Est amical immédiate- ment
Peut sauter,
Tire sur sa laisse mais revient au rappel,
Est amical après un certain temps
Tire beaucoup sur sa laisse pour fuir ou marche très lentement,
Revient difficilement à l’appel,
Peut refuser de marcher et désirer rentrer,
Évite le regard,
Peut rester assis ou couché
Commandements donnés avec calme et douceurPeut ou ne pas connaître des commande-ments tels assis, couche, marche, mais a une attitude attentive et amicalePeut ou ne pas connaître des commande- ments mais est un peu trop excité pour obéir
ou obéit après plusieurs demandes
Pas de focus,
Aucune réponse positive avant beaucoup de temps
CaresseAccepte les caresses et en redemandeAccepte les caresses mais celles-ci peuvent l’exciter davantageSe retire occasionnelle-ment et n’en redemande pas

2ième visite

Lors de votre 2ème visite, recommencez le même manège que précédemment et ajouter les éléments suivants en observant la réaction du chien. Nous vous recommandons de procéder à cette étape en compagnie d’un éducateur canin expérimenté qui pourra procéder à cette étape tout en répondant à toutes vos questions :

  • Présentation d’un jouet afin d’évaluer la protection d’objet et sa capacité à jouer
  • Présentation d’un plat de nourriture afin d’évaluer la protection de nourriture
  • Marche près des voitures et des personnes mouvantes afin de vérifier la prédation
  • Bruit soudain afin d’évaluer la peur des bruits
  • Geste brusque afin d’évaluer la peur des gestes de grande amplitude
  • Manipulation (main sur la tête, sur le dos, manipulation des pattes, de la gueule etc.) afin d’évaluer la capacité à se faire toucher
  • Enfant à présenter à distance et ensuite de façon rapprochée (si vous désirez évaluer la réaction du chien à un enfant)

Les chiens de niveaux 1 et 2 seront plus facilement adoptables que les chiens de niveaux 3 et 4. Ces derniers nécessiteront une réhabilitation autant que faire se peut et des guides expérimentés. Certains chiens de niveau 3 et 4 pourraient devenir également de bons chiens une fois intégrés dans des foyers stables et aimants.

Dans un refuge, il y a plus d’adultes que de chiots disponibles. Si vous désirez un chiot, sachez qu’ils seront évalués différemment dépendamment de leur âge. Habituellement, les chiots ne seront pas mis en adoption avant leur 8ème semaine de vie. Si le chiot est entre son 5ème et 12ème mois, il est dans sa période d’adolescence (dépendamment de sa race et grosseur) et cela pourrait exacerber certains comportements. S’il n’est pas stérilisé, cela aussi pourrait avoir une influence sur son comportement.

Évaluation d’un chiot : assurez-vous que le chiot vient de se réveiller, qu’il a fait ses besoins et qu’il a étanché sa soif car s’il est fatigué, assoiffé ou qu’il a une envie, cela pourrait influencer cette évaluation. Encore une fois, parlez-lui doucement et calmement. Ne lui faites rien de désagréable. L’évaluation du chiot orientera la façon dont on aura à faire son éducation.

  • Manipulation : vérifiez s’il a l’inhibition de morsure (présentez votre main vers sa gueule, offrez lui un biscuit pour chien et tentez de le retirer doucement). Touchez-le partout. Garde-t-il son calme ?
  • Sociabilité : allez a une courte distance et appelez-le en tapant des mains. Vient-il vers vous ?
  • Degré d’excitation : jouez avec lui, arrêtez et caressez-le. Peut-il se calmer facilement ? Est-il éveillé ou apathique ?
  • Soulevez-le doucement. Se laisse-t-il prendre ?
  • Contact visuel. Le chiot vous regarde-t-il dans les yeux ? Est-il intéressé par vous ? Est-il porté à vous suivre ?
  • Bruits : faites quelques bruits soudains. Est-il intéressé ou apeuré ?
  • Objets bizarres : laissez tomber des clefs brusquement. Est- il curieux ou craintif ?

La décision de prendre un chien en adoption est une décision importante qu’il ne faut jamais prendre à la légère. N’agissez pas sur un coup de tête et résistez à l’envie de prendre un chien qui vous intéresse pour son apparence seulement sans en savoir un peu plus sur lui. Vérifiez si c’est le compagnon idéal pour vous et votre famille. Vous pourriez le regretter et l’animal aussi. Les animaux mis en adoption doivent pouvoir trouver des foyers stables et aimants et certains d’entre eux ont déjà fait plusieurs familles. Il faut éviter le plus possible le cycle infernal des abandons et des adoptions à répétition. Soyez responsable… l’adoption c’est pour la vie !