Communication vocale chez le chat (suite)

Anne-Lise Paul, TSA, Comportementaliste canin et félin

Comme nous l’avons vu précédemment, le chat utilise essentiellement le mode vocal pour communiquer ses intentions, ses besoins, ses humeurs, son état émotionnel et ses demandes avec sa famille humaine. Les miaulements étant réservés principalement aux chatons et à leur mère, cette manière très juvénile de communiquer, est transposée dans la relation homme-chat. C’est en effet un  moyen très efficace pour se faire entendre et tâcher de se faire comprendre. Attention toutefois aux erreurs d’interprétation.

Pour savoir ce que le chat essaie de nous dire, procédons par discrimination, en commençant par le plus important : le chat est-il en bonne santé ? En cas de douleur, traumatisme, infection ou toute autre cause d’origine médicale, le chat va présenter un comportement anormal par rapport à son état habituel, des râles plaintifs peuvent être exprimés mais pas toujours. Tout changement brusque de comportement devrait faire l’objet d’un suivi médical avant d’entreprendre une thérapie comportementale.

Ensuite,  il est essentiel de s’assurer que ses besoins fondamentaux (survie, sécurité, nourriture, boisson, élimination) sont comblés. Le contexte donnera de précieuses informations sur le besoin en question, de même que l’intonation (aiguë ou grave), la longueur, la persistance des vocalises et leur répétition, ainsi que l’ensemble des postures et mimiques émises par le chat. Une fois les besoins de base satisfaits, le chat exprimera ses patrons moteurs, autrement dit, ce pour quoi il est fait  » instinctivement » : courir, sauter, poursuivre, guetter, attraper….dans l’exemple du comportement de prédation. Lors de ces périodes, le chat peut communiquer de manière diffuse ou ciblée, suivant si cela nécessite ou non la présence ou le concours de l’être humain. Enfin, le chat cherchera à contenter ses besoins sociaux, via des demandes d’attention, de jeux ou encore des contacts. Là encore, l’environnement ou le contexte de la demande seront déterminants.

Savez-vous que ?
Certains chats sont capables d’imiter les sons, notamment les voyelles utilisées par leur propriétaire ? Il s’agit là des « chats parleurs », c’est à dire des chats qui expriment au travers de leur miaulement, des phonèmes (sons) très proches de ceux émis par leur compagnon humain.

Le chat, un véritable acteur de théâtre !
Avez-vous déjà observé un chat qui marche très lentement ou qui adopte une posture d’immobilité ? Un chat, qui, après être tombé, se met à se lécher l’épaule trois fois très rapidement ? Et un chat qui cligne des yeux plusieurs fois de suite ? Tous ces signaux ont un but bien précis en communication. A l’inverse du chien qui émet des postures et des mimiques appelés « signaux d’apaisement », le chat émet des signaux de « substitution », autrement dit des signaux qui visent à  » faire semblant en attendant que cela passe ». La différence fondamentale entre ces deux formes de communication est la notion d’intentionnalité. Le chien communique à son entourage son malaise, tout en cherchant un moyen de s’apaiser lui-même et les autres par la même occasion, il y a là une communication ciblée vers un récepteur, ici l’humain ou un autre chien. Le chat quand à lui, émet ces signaux vis-à-vis de lui-même, il s’agit là d’une communication non ciblée dont le but est simple : arrêter le conflit en cours en faisant semblant de faire autre chose. Cette stratégie très habile vise à désamorcer une situation conflictuelle ou stressante, mais n’est pas toujours bien comprise par l’autre individu. D’où l’importance de socialiser le chaton le plus possible dès son jeune âge, tout en lui permettant d’apprendre les règles de communication féline avec d’autres chats.

Nous verrons la suite dans le prochain numéro.

Anne-Lise Paul, TSA, Comportementaliste canin et félin
www.azca.ca

Références :
AIICA Module Félin 1 à 3, Montréal, 2007

Autres billets