Le Feng Shui et les animaux

Mme Pawelak a commencé à étudier le Feng Shui comme une prolongation naturelle de ses talents visuels. Elle apporte sa sensibilité professionnelle et son « oeil d’artiste » dans toutes ses consultations. Elle fournit son savoir-faire pour maximiser le potentiel de n’importe quel type d’espace (appartement, maison, jardin, bureau, entreprise).

Mme Pawelak a participé à plusieurs émissions télévisées et ses nombreux articles ont parus dans plusieurs journaux et revues. Elle partage sa connaissance à travers ses cours et conférences, tenus dans différentes régions du Canada.

Mme Pawelak est membre de « Feng Shui Association of Canada », et de la « Canadian Society of Dowsers ».
Ses instructeurs et mentors en Feng Shui incluent le Maître Dr. Prof. Jes T.Y. Lim, Malca Narrol, B. Arch, et le Maître Chinois Peter Leung.

En plus de ses talents de consultante en Feng Shui, Mme Pawelak est reconnue dans le monde du spectacle en tant que photographe professionnelle. Ses oeuvres ont été exposées dans les galeries à New York, au Canada et en Belgique, ainsi que des publications dans les plus grands journaux (tel. The New York Times) et dans les magazines. Son premier livre a été publié en 1999.

Téléphone: (514) 678-1876
Courriel: fengshuimontreal@videotron.ca

L’INFLUENCE DU FENG SHUI SUR LES ANIMAUX
La seule présence d’un animal contribue à un bon feng shui dans une maison. «Chaque animal possède une énergie spécifique, précise Mme Lydia Pawelak, consultante en feng shui. Le chien a un instinct protecteur et donne un amour inconditionnel à ses maîtres.» Il dégage une belle énergie, favorise la bonne humeur et la légèreté de son entourage, let est naturellement attiré par les bonnes vibrations; c’est pourquoi ses maîtres devraient prendre le temps de l’observer pour déterminer les zones de leur environnement qui leur sont favorables. À l’opposé, le chat recherche les endroits chargés d’énergie négative afin de la neutraliser. «Les chats ont le pouvoir d’éliminer et d’alléger les lourdeurs énergétiques, explique Mme Pawelak. Lorsqu’ils vont se blottir contre leur propriétaire, sur une région affectée par la maladie, ils peuvent apaiser les douleurs.» Par ailleurs, un aquarium reproduisant l’univers marin crée un effet de calme dans une maison (en Chine, les poissons sont considérés comme des porte-bonheur qui attirent la prospérité).
Extrait de l’article dans la Revue Animal (Volume 15, numéro 4)… à lire absolument !